Menu

RDC: le Front pour le respect de la Constitution assure qu'il va signer l'accord

Les évêques de la Cenco poursuivent leur médiation pour convaincre les non signataires de l’accord de sortie de crise à accepter le texte. La Conférence épiscopale nationale du Congo a rencontré ce jeudi matin le Front pour le respect de la Constitution, dont le Mouvement de libération du Congo (MLC), le parti de l'ancien vice-président Jean-Pierre Bemba, est le chef de file. Le Front a assuré, ce 5 janvier, qu’il signerait le texte.



L’engagement a été pris publiquement par Eve Bazaiba, secrétaire général du MLC, au nom du Front pour le respect de la Constitution. Une promesse faite devant les évêques et la presse. Reste à savoir quand exactement. On sait que les évêques commencent à rentrer dans leur paroisse dès demain.

La rencontre a été des plus solennelles. C’est la première fois que les évêques faisaient le déplacement. Le Front pour le respect de la Constitution voulait que son rôle soit reconnu, notamment au sein du comité de suivi de l’accord, pour servir de contrepoids au Rassemblement - qui a déjà la primature - et à la majorité - qui conserve la présidence.

La question du comité de suivi

La présidence du comité de suivi est attribuée à l’opposant historique Etienne Tshisekedi lui-même, et pas au Rassemblement, a souligné à la sortie de cette rencontre l’abbé Nsholé, secrétaire général de la Cenco. Et c’est peut-être là où le Front pourrait jouer un rôle plus actif face au vieux leader qui ne pourra pas faire le suivi au quotidien.

La composition et le fonctionnement du comité du suivi font partie des points qu’il reste à négocier dans l’arrangement particulier avec les autres composantes de ce dialogue sous l'égide de l'Eglise catholique.

Le Front a également abordé d’autres sujets de préoccupation : la fermeture de ses médias, la détention au secret de certains membres des mouvements citoyens dont Carbone Beni du mouvement Filimbi, et même le cas de Jean-Pierre Bemba. Les évêques ont promis leur assistance « dans la mesure dans leur capacité ».

Dans l'attente d'une rendez-vous avec le Premier ministre

Rien n’est encore fixé. Samy Badibanga refuse pour le moment de signer l’accord qui pourrait faire sauter son gouvernement. « La Cenco a nié son poids politique jusqu’à présent et c’est une erreur », disait l’un de ses proches, rappelant que le chef du gouvernement et ses partisans pouvaient bloquer le processus à deux niveaux : en refusant de démissionner pour le Premier ministre ou en refusant de voter en faveur du nouveau gouvernement pour ses partisans à l’Assemblée.

Des partisans qui dénoncent également le fait que ce soit un accord pour régler les problèmes entre personnalités, le président Kabila, Etienne Tshisekedi et surtout que cet accord ne règle pas la question de fond, à savoir le calendrier précis des élections. Mais le Premier ministre devait peut-être d’abord rencontrer le chef de l’Etat avant de recevoir les évêques. On devrait en savoir plus dans l’après-midi.

Jeudi 5 Janvier 2017


Nouveau commentaire :

Vous êtes libre de commentez le contenu de ce site mais abstenez-vous de proférer des injures à 'encontre de qui due ce soit.
Merci de votre compréhension.
Abidanactu.com

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 7 Janvier 2017 - 12:09 Communiqué de la présidence de la République


Actu en Filet

Communiqué de la présidence de la République

Communiqué de la présidence de la République

Grogne des militaires: Des coup de feu entendus dans la ville de Man

Grogne des militaires: Des coup de feu entendus dans la ville de Man

MUTINERIE EN COTE D’IVOIRE: Pourquoi la situation est inquiétante ?

MUTINERIE EN COTE D’IVOIRE: Pourquoi la situation est inquiétante ?

Lutte syndicale: La FESCI annonce la remobilisation de toutes ses sections

Lutte syndicale: La FESCI annonce la remobilisation de toutes ses sections

Des camions de cacao bloqués aux ports d’Abidjan et de San-Pedro

Des camions de cacao bloqués aux ports d’Abidjan et de San-Pedro

Mutinerie : Des soldats ferment la frontière Côte d’ivoire-Burkina-faso

Mutinerie : Des soldats ferment la frontière Côte d’ivoire-Burkina-faso

Des militaires bloquent les corridors d’Odienné

Des militaires bloquent les corridors d’Odienné

Ghana: Nana Akufo-Addo intronisé président ce samedi

Ghana: Nana Akufo-Addo intronisé président ce samedi

La ville de Bouaké s’endort sous des coups de feu sporadiques et nourris

La ville de Bouaké s’endort sous des coups de feu sporadiques et nourris

Vos Idées

Procès aux assises d’Abidjan: Qui va libérer Ehivet Simone Gbagbo

Procès aux assises d’Abidjan: Qui va libérer Ehivet Simone Gbagbo

Gambie : les cinq scénarios pour une sortie de crise

Gambie : les cinq scénarios pour une sortie de crise

Pourquoi il faut sauver la CPI

Pourquoi il faut sauver la CPI

Réaction de Koné Boubacar à la décision de la Cour africaine de justice contre la CEI

Réaction de Koné Boubacar à la décision de la Cour africaine de justice contre la CEI

"L’impasse du procès de Simone Gbagbo est celle d’un procès en sorcellerie"

"L’impasse du procès de Simone Gbagbo est celle d’un procès en sorcellerie"

Koné Katinan Justin: « L’élection de Donald Trump est une rébellion contre l’ordre mondial établi »

Koné Katinan Justin: « L’élection de Donald Trump est une rébellion contre l’ordre mondial établi »

Avant le référendum sur la nouvelle Constitution, l’appel d’Anaki Kobenan aux Ivoiriens

Avant le référendum sur la nouvelle Constitution, l’appel d’Anaki Kobenan aux Ivoiriens

L'affaire DSK: L’avocat de Nafissatou Diallo est décédé

L'affaire DSK: L’avocat de Nafissatou Diallo est décédé

La procédure que devront suivre les 20.000 bacheliers pour être orientés

La procédure que devront suivre les 20.000 bacheliers pour être orientés