Menu

Me Rodrigue Dadjé (avocat de Simone Gbagbo) crache du venin sur les "méthodes" de la Cour d'assises

ABIDJANACTU.COM Le conseil principal de Simone Gbagbo s’est confié à la presse après la suspension de l’audience de ce 7 novembre 2016. Il crache ses vérités crues au président de la Cour d’assises…



Maître, pouvez-vous revenir sur ce que la décision du juge ?

En réalité, il était en train de dire qu’on va renvoyer l’audience à demain. Nous sommes en train de discuter à huis clos pour trouver des solutions au problème qui se pose à nous tous. On a un vrai problème dans ce dossier, c’est la comparution des acteurs des faits. On n’a pas encore trouvé le bon habillage juridique pour voir comment ils comparaîtront. Nous allons continuer à discuter demain (aujourd’hui, ndlr) et nous allons apprécier. Pour nous, c’est capital. Peu importe l’habillage juridique, peu importe ce que la loi a prévu et ce qu’elle n’a pas prévu, nous n’allons pas aller dans un procès où les acteurs des faits n’ont pas été entendus. Ça c’est clair. Et, pour nous, c’est fondamental. Nous n’allons pas continuer dans un procès où les acteurs des faits n’ont pas été entendus. Après, si on doit trouver des artifices juridiques pour voir comment ils comparaissent, nous sommes d’accord pour aller à la table des négociations. Comme on veut que le procès se termine, nous allons continuer à discuter pour trouver la solution. Mais toujours est-il que, peu importe ce qui va être trouvé comme solution, si les acteurs des faits ne viennent pas, nous n’allons pas continuer le procès.

Le juge Bouatchi Kouadio a dit que ces acteurs clés seront présents le 16 novembre prochain…

Il l’a dit la fois dernière à l’audience, mais il ne nous a pas donné l’occasion de répondre à ce qu’il a dit. Nous lui avons dit aujourd’hui que nous ne nous reconnaissons pas dans son programme. Il est libre de faire son programme, c’est lui le président de la Cour, il peut faire son programme comme il veut, mais, nous, les avocats de la défense, nous ne nous reconnaissons pas dans son programme. Pour preuve, c’est parce que nous ne nous reconnaissons pas dans son programme qu’aucun de nos témoins n’est venu aujourd’hui.

Craignez-vous qu’une fois les autres témoins entendus, la Cour n’entende plus les acteurs clés ? Le procès pourrait ainsi prendre fin et la Cour, rendre son verdict sur la base de ce que les autres témoins auront dit…

Si vous voulez, nos inquiétudes sont objectives. Je m’explique. A l’enquête préliminaire, on aurait dû entendre les acteurs des faits. A l’instruction qui a duré quatre (4) ans, on aurait dû les entendre. Pourquoi les acteurs des faits n’ont pas été entendus ? On dit que deux personnes se battent dans une maison et on accuse quelqu’un qui habite dans un autre pays. Commençons par entendre ces deux personnes qui se battent et, si elles n’ont pas été entendus, c’est qu’il y a un problème. Que cachait la justice pour ne pas entendre les acteurs des faits ? Aujourd’hui, on essaye de rattraper la situation. Il n’est point question qu’on nous dise « entendons vos témoins secondaires et les acteurs clés viendront ensuite ». Et s’ils ne viennent pas ? Je suis désolé. Mme Gbagbo a été condamné à vingt (20) ans de prison alors qu’il n’y avait aucun élément de preuve contre elle. Nous n’allons pas prendre le risque qu’elle se fasse condamner alors que tout le monde sait qu’elle est innocente. C’est clair et c’est net.

Revenons un peu sur l’article 326 évoqué par l’un de vos confrères… Pourquoi, selon vous, le juge ne veut pas faire usage de cet article pour faire venir les acteurs clés à la barre ?

Le juge a ses raisons objectives. Vous avez le droit, chacun l’interprète autrement. Nous pouvons avoir raison comme il peut avoir raison. Mais moi je ne suis plus au stade des artifices du droit. Si on était au stade des artifices du droit, Mme Gbagbo n’aurait jamais dû être jugée devant cette Cour d’Assises. Pourquoi ? Parce que les infractions pour lesquelles on la poursuit nous nées après les faits. C’est d’un. De deux, l’année passée, on aurait dû juger Mme Gbagbo et la faire condamner parce que l’arrêt de renvoi de la Cour d’Assises fait toujours l’objet de suspension car on a fait un pouvoir en cassation que la Cour suprême n’a pas encore vidé. Si on veut rester dans la loi, elle n’aurait jamais dû être jugée. Ils l’ont quand même condamnée. Et cet arrêt est nul, cette condamnation est nulle pour nous. Voilà la réalité. Tantôt on fait du droit quand ça les arrange. Et, quand ça nous arrange, on ne fait pas du Droit. Non. On fait du Droit pour tout le monde et de façon unanime. Si ce n’est pas le cas, qu’on s’asseye et qu’on discute.

Et qu’est-ce qui peut se passer demain (aujourd’hui, ndlr) ?

On va venir pour discuter, c’est ce qui va se passer. Si non, aucun de nos témoins ne viendra.

Donc n’y aura-t-il pas d’audience publique alors ?

Il y aura une audience. On va l’ouvrir, on va se retirer et discuter à huis clos et on va revenir la refermer. C’est tout. Il n’y aura pas autre chose.
 
Propos recueillis par Anel’G
Mardi 8 Novembre 2016


Nouveau commentaire :

Vous êtes libre de commentez le contenu de ce site mais abstenez-vous de proférer des injures à 'encontre de qui due ce soit.
Merci de votre compréhension.
Abidanactu.com

Abidjan Post

Président et milliardaire: gros conflits d'intérêts en vue pour Trump

Président et milliardaire: gros conflits d'intérêts en vue pour Trump

Absente à son procès ce 10 novembre, voici le dur sort réservé à Simone Gbagbo par le juge-président

Absente à son procès ce 10 novembre, voici le dur sort réservé à Simone Gbagbo par le juge-président

Première réaction de Hillary Clinton après sa défaite

Première réaction de Hillary Clinton après sa défaite

La maison de Trump plus belle que la Maison Blanche. Regardez ce luxe !

La maison de Trump plus belle que la Maison Blanche. Regardez ce luxe !

Maître Gims arrête la musique. Le motif va vous surprendre

Maître Gims arrête la musique. Le motif va vous surprendre

Le triomphe inattendu: Donald Trump est le 45ème président des États-Unis

Le triomphe inattendu: Donald Trump est le 45ème président des États-Unis

EN DIRECT - HILLARY CLINTON RECONNAÎT SA DÉFAITE

EN DIRECT - HILLARY CLINTON RECONNAÎT SA DÉFAITE

VERS UNE VAGUE D’ÉMIGRATION AU CANADA ?

VERS UNE VAGUE D’ÉMIGRATION AU CANADA ?

Le fils de Trump enfreint la loi en publiant son bulletin de vote sur Twitter

Le fils de Trump enfreint la loi en publiant son bulletin de vote sur Twitter

Les premiers résultats tombent: Hillary Clinton gagnante à Dixville Notch

Les premiers résultats tombent: Hillary Clinton gagnante à Dixville Notch