Menu

Hôpitaux publics d’Abidjan: L’argent ou… la mort ! [Enquête d'Abidjanactu]

ABIDJANACTU.COM Entre laxisme et inconscience professionnelle, les hôpitaux publics d’Abidjan sont devenus des mouroirs. Ecœurés et meurtris, les malades crient leur indignation. Plongée dans un univers où le serment d’Hippocrate n’est aujourd’hui qu’un lointain souvenir...



Hôpitaux publics d’Abidjan: L’argent ou… la mort ! [Enquête d'Abidjanactu]
Agent commercial, YK n’en revient pas encore. Evacué au CHU de Yopougon, suite un accident de la circulation sur l’autoroute du nord, il y a quelques semaines, ce père de cinq enfants a vécu un vrai calvaire aux urgences de ce centre hospitalier universitaire. «J’y suis arrivé avec des blessures à la jambe gauche, au front et au bras droit, aux environs de 10h, sans un seul sou. Mon porte-monnaie et mes deux téléphones avaient disparu sur le lieu de l’accident. Je suis resté sans soins pendant plus de 5 heures, parce que je n’avais pas d’argent. J’ai supplié le personnel médical de me soigner d’abord et que je paierai sans faute, après. Ils ont catégoriquement refusé et je suis resté sans soins pendant plus de cinq heures. J’aurais pu mourir si je faisais une hémorragie», témoigne-t-il, la rage au cœur.

A Abidjan, c’est le triste spectacle que les agents des hôpitaux publics offrent aujourd’hui aux malades qui arrivent parfois en détresse physique et morale totale. Du Chu Yopougon au Chu de Treichville, en passant par le Chu de Cocody, et d’autres hôpitaux publics d’Abidjan, notamment l’Hôpital Houphouët-Boigny d’Abobo, qui a très une mauvaise réputation, le personnel soignant fait preuve d’une grave inconscience professionnelle, qui frise, par moment, la foutaise.

« Tout ce qui les intéresse, c’est l’argent. Si vous n’en avez pas,  et que vous êtes en train de mourir, ils s’en moquent », fulmine Miss Ouattara, qui a été aussi choquée par ce comportement révoltant des agents des hôpitaux publics d’Abidjan. « Dans ces hôpitaux, c’est l’argent ou… la mort ! », martèle Océane Kouamé, étudiante qui a été témoin des agissements de ces aides-soignants, infirmiers, médecins et autres personnels soignants, lors de l’hospitalisation de sa mère pour un cas de diabète au Chu de Treichville.
Comme elle, beaucoup d’Ivoiriens, malades ou parents de malades, sont excédés par le peu de respect de ces hommes et de ces femmes pour la vie humaine. Les agents n’ont d’y eux que pour les malades susceptibles de délier la bourse. Quand ils réalisent que vos poches sont vides, ils vous tournent systématiquement le dos, quitte à vous laisser mourir. Incroyable, mais vrai !

Dans ces hôpitaux, il n’y a pas que l’obsession pécuniaire, il y a aussi un laisser-aller total. Les patients arrivent dans les hôpitaux pour la plupart tôt, avant 7h. Certains sont même là autour de 5h du matin, avec l’espoir qu’on s’occupe vite d’eux, vu l’affluence en général, importante, dans les hôpitaux publics. Mais, c’est mal connaître les médecins et infirmiers, qui se pointent très souvent après 9h. Et, quand ils arrivent, ils ne commencent pas aussitôt le service. Ils tournent en rond, prennent tout leur temps, avant de recevoir les patients, dont beaucoup souffrent dans leur chair.

Chose curieuse, les responsables de ces hôpitaux semblent s’accommoder de ces pratiques, qui n’honorent pas pourtant leurs établissements. « Ils sont complices de leurs agents, puisqu’ils ne tapent du poing sur la table », fait remarquer Moussa Diaby, transporteur, excédé lui aussi par l’attitude des personnels soignants des hôpitaux publics.

Non seulement les patrons de ces hôpitaux ne punissent  pas de tels actes, mais également ils refusent de se prononcer sur la question, se réfugiant derrière une décision de la tutelle : pas le droit de s’exprimer publiquement sans l’autorisation du ministère de la Santé  et de l’Hygiène publique.

Faut-il le rappeler, depuis l’affaire Awa Fadiga, la ministre Raymonde Goudou-Coffie a verrouillé la communication des hôpitaux publics. Admise aux urgences du Chu de Cocody le dimanche 23 mars 2014, après avoir été agressée à l’arme blanche dans un taxi, cette jeune femme de 23 ans, mannequin de profession, décédera le mardi 25 mars, selon ses proches, pour n’avoir pas reçu de soins pendant plus de 10 heures, parce qu’elle n’avait pas d’argent.

Ce drame avait ému toute la Côte d’Ivoire, suscité une vague d’indignation dans le pays et sur les réseaux sociaux. Deux ans après la mort d’Awa Fadiga, rien n’a visiblement changé dans les hôpitaux publics du pays. Hippocrate le Grand, le «père de la médecine», doit vraiment se retourner aujourd’hui dans sa tombe.

Jacob Bénié
Dimanche 17 Juillet 2016


Nouveau commentaire :

Vous êtes libre de commentez le contenu de ce site mais abstenez-vous de proférer des injures à 'encontre de qui due ce soit.
Merci de votre compréhension.
Abidanactu.com

Abidjan Post

Procès de Simone Gbagbo: Un rapport médical fait des révélations graves sur le principal témoin à charge

Procès de Simone Gbagbo: Un rapport médical fait des révélations graves sur le principal témoin à charge

Sommet de l'UA: Ouattara se fâche contre Idriss Deby et boude le dîner de Paul Kagamé

Sommet de l'UA: Ouattara se fâche contre Idriss Deby et boude le dîner de Paul Kagamé

Expulsé de la Mauritanie, que vient faire Tariq Ramadan à Abidjan ?

Expulsé de la Mauritanie, que vient faire Tariq Ramadan à Abidjan ?

Chaude journée au campus: 40 étudiants interpellés, 3 policiers blessés, 2 véhicules calcinés…

Chaude journée au campus: 40 étudiants interpellés, 3 policiers blessés, 2 véhicules calcinés…

Affaire Gbagbo-Blé Goudé: Pour entrave à la justice, deux juges écartées de la chambre d’appel de la CPI

Affaire Gbagbo-Blé Goudé: Pour entrave à la justice, deux juges écartées de la chambre d’appel de la CPI

Ces deux femmes ont déposé à la CPI un dossier explosif contre le camp Ouattara

Ces deux femmes ont déposé à la CPI un dossier explosif contre le camp Ouattara

Pluie de factures et d'erreurs: Les populations en colère contre la CIE

Pluie de factures et d'erreurs: Les populations en colère contre la CIE

Burida: Pourquoi la nomination d’un nouveau DG coince ? Qui tire les ficelles ?

Burida: Pourquoi la nomination d’un nouveau DG coince ? Qui tire les ficelles ?

Hôpitaux publics d’Abidjan: L’argent ou… la mort ! [Enquête d'Abidjanactu]

Hôpitaux publics d’Abidjan: L’argent ou… la mort ! [Enquête d'Abidjanactu]

Pourquoi Alpha Blondy n'a pas joué ce 16 juillet à Nice ?

Pourquoi Alpha Blondy n'a pas joué ce 16 juillet à Nice ?