Menu

Côte d’Ivoire/ Mutinerie – Les Forces spéciales menacent Ouattara



Côte d’Ivoire/ Mutinerie – Les Forces spéciales menacent Ouattara

Les forces spéciales d’Alassane Ouattara lui ont lancé hier un ultimatum de 48h pour rentrer en possession de leurs 12 millions de Fcfa chacun comme leurs frères d'armes mutins ex-rebelles de Bouaké.
Elles donnent jusqu’à demain 9 février minuit au chef de l’Etat pour que toutes leurs revendications soient satisfaites.
Un précédent extrêmement grave selon plusieurs analystes militaires, car ces forces sont considérées comme le dernier rempart du régime. Raison pour laquelle elles sont les plus armées de l'armée ivoirienne.
Leur message d’ultimatum à Alassane Ouattara a été transmis à leur chef de corps le Général Doumbia au cours de leur rencontre hier: « Mon Général, dites au Président qu'on attend les 12 millions sur nos comptes sans exception, dans 48h (au plus tard Jeudi 9 févier à minuit). Qu'il ne joue pas les malins, et qu'il n'oublie pas que la plus grande poudrière de l'armée ivoirienne se trouve avec nous à Adiake ». Ambiance.
Ces troupes d’élites de l’armée ivoirienne, surarmées, ont également accusé le chef de l’Etat d’avoir divisé l’armée.
Le porte-parole des mutins l’a dit directement au Général Doumbia : « Mon général dites au président que c’est lui qui a divisé l'armée, c'est lui qui a donné en 5 ans 12 millions à un groupe et à nous rien ».
Hier, les négociations avaient échoué à la base des forces spéciales à Adiaké et à Abidjan où elles se sont poursuivies vers 22h (locales et GMT).
La haute hierarchie militaire lors des négociations à Adiaké hier avec les soldats mutins des forces spéciales était composée du chef d’Etat-major de l'armée, le Général Sékou Touré, et de son adjoint, du Général Doumbia commandant des forces spéciales, des commandants de la Gendarmerie et de la Police, et du Chef d'Etat Major Particulier d’Alassane Ouattara.
Les ex-chefs tels que les lieutenants-Colonels Cherif Ousmane, Wattao, Zacharia, Morou, etc, étaient absents à ces négociations, car indésirables par les forces spéciales.

Au moment où nous mettons sous presse, les négociations se poursuivaient encore, les forces spéciales campant toujours sur leurs positions, le doigt sur la gâchette, et menaçant de descendre sur Abidjan.
Nous y reviendrons.

Mercredi 8 Février 2017


Nouveau commentaire :

Vous êtes libre de commentez le contenu de ce site mais abstenez-vous de proférer des injures à 'encontre de qui due ce soit.
Merci de votre compréhension.
Abidanactu.com

Abidjan Post

Bienvenue chez Donald Trump en 1987, véritable écrin de bon goût

Bienvenue chez Donald Trump en 1987, véritable écrin de bon goût

Procès de Gbagbo-Blé Goudé: Le 32è témoin crache ses vérités et se retourne contre Bensouda

Procès de Gbagbo-Blé Goudé: Le 32è témoin crache ses vérités et se retourne contre Bensouda

Procès de Gbagbo-Blé Goudé/ Me Alitit laisse exploser sa révolte

Procès de Gbagbo-Blé Goudé/ Me Alitit laisse exploser sa révolte

Après avoir reçu sa prime de 5 millions frs cfa, un mutin se lance dans le trafic de drogue

Après avoir reçu sa prime de 5 millions frs cfa, un mutin se lance dans le trafic de drogue

Procès de Gbagbo-Blé / Un ex-sergent chef révèle: « Ce n’est pas vrai ce que je dis »

Procès de Gbagbo-Blé / Un ex-sergent chef révèle: « Ce n’est pas vrai ce que je dis »

Les Forces spéciales de Ouattara obtiennent gain de cause

Adama Toungara recasé à la Présidence

Adama Toungara recasé à la Présidence

CPI/Procès Gbagbo: un témoin évoque une vidéo tournée au Kenya

CPI/Procès Gbagbo: un témoin évoque une vidéo tournée au Kenya

Côte d’Ivoire/ Mutinerie – Les Forces spéciales menacent Ouattara

Côte d’Ivoire/ Mutinerie – Les Forces spéciales menacent Ouattara

Kobénan Adjoumani (porte-parole RHDP) face à la presse : « Si le Gouvernement consacre toutes les ressources du pays au paiement des salaires et des stocks d’arriérés, dans les années à venir, ça va être difficile »

Kobénan Adjoumani (porte-parole RHDP) face à la presse : « Si le Gouvernement consacre toutes les ressources du pays au paiement des salaires et des stocks d’arriérés, dans les années à venir, ça va être difficile »