Menu

Abou Drahamane Sangaré se lâche sur TV5



TV5 : Abou Dramane Sangaré, vous êtes l’un des membres fondateurs du Front populaire ivoirien, le parti créé par Laurent Gbagbo et son épouse Simone en 1988. De 2000 à 2002, vous avez été ministre des Affaires étrangères du tout premier gouvernement Gbagbo. Mais après la très grave crise que la Côte Ivoire a connue, en 2010 et 2011, le nouveau pouvoir du président Alassane Ouattara a procédé au transfèrement à la Cour pénale internationale de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo. Et finalement, en janvier 2016, c’est officiellement ouvert le procès de l’ancien président, Laurent Gbagbo. Selon vous, pourquoi les choses sont aussi longues à se mettre sur pied ?
Au début, on fondait beaucoup d’espoir sur la Cour pénale internationale. Mais, aujourd’hui, ces espoirs sont en train de fondre comme neige au soleil. Du coup, la cour apparait comme une arme diplomatique au service des puissants de ce monde. Dans le droit, il y a quand même un délai raisonnable pour un procès. Je pense que là, comme vous le dites, le délai est déraisonnable. Est-ce pour permettre à leurs champions de gouverner en toute impunité, de maintenir Laurent Gbagbo pendant longtemps dans les liens de la détention ?
TV5 : Dès sa première comparution en janvier 2011, l’ancien président Laurent Gbagbo s’était montré extrêmement combatif. Est-ce que c’est toujours le cas aujourd’hui ?
Il a toujours été combatif ce monsieur. Il a toujours aussi remonté les courants contraires. Il a toujours su se reprendre quand on pensait que tout était fini. Je suis sûr qu’il nous reviendra ; parce qu’il ne sera jamais fini politiquement. Tout ce qu’il a fait pour ce pays là, il l’a fait pour l’Afrique. Le président Laurent Gbagbo ne peut pas rester entre les quatre murs dans le froid là-bas. 
Il nous reviendra en Côte d’Ivoire ; parce que la Côte d’Ivoire a besoin de lui. Il est le chaînon manquant de la réconciliation.
TV5 : Cette fameuse crise post-électorale a fait plus de 3000 morts dans ce pays, la Côte d’Ivoire. Vous restez persuadé aujourd’hui que l’ancien président Laurent Gbagbo n’a aucune responsabilité dans ces événements tragiques ?
S’il y a bien une crise, c’est qu’il y a au moins deux parties en crise. Il y a une partie qui est jugée et il y a une partie qui se pavane en Côte d’Ivoire.
TV5 : Vous faites référence à qui ?
 A M. Alassane Ouattara. A M. Guillaume Soro.
 TV5 : Vous considérez donc que la justice de la CPI est partiale ?
 : Partiale et sélective. 
TV5 : Aujourd’hui, le Front populaire ivoirien est dirigé par Pascal Affi N’guessan, l’ancien premier ministre auquel vous n’accordez aucune légitimité. Est-ce que, selon vous, la réconciliation dont vous parliez tout à l’heure, et même la survie du parti n’est pas en danger avec la stratégie que vous adoptez ? 
M. Affi N’guessan ne dirige pas le Front populaire ivoirien. Il dirige le Front populaire ivoirien du pouvoir Ouattara. Le Front populaire du peuple ivoirien, c’est le président Laurent Gbagbo qui le dirige. 
TV5 : Comment faire pour réconcilier les enfants de ce pays, la Côte d’Ivoire ? 
Il faut d’abord avoir une stature d’homme d’Etat. Savoir mettre son égo de côté. Et penser à un intérêt collectif. Laurent Gbagbo l’a fait, en prônant la réconciliation. Ça veut dire que la réconciliation n’aurait pas pu avoir lieu sans la présence de M. Bédié et de M. Ouattara. Il s’est abaissé, il a tout accepté pour les faire venir. Alors, ce qu’on peut faire pour  M. Bédié et pour M. Ouattara, qu’on le fasse aussi pour Laurent Gbagbo. Parce que qu’on le veuille ou non, ce monsieur n’est pas seul en Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, le mécontentement est réel. Si vous êtes malinké, quand on dit Gbagbo "Kafissa", vous allez voir tout le monde, ça veut dire que Gbagbo est mieux aujourd’hui. Et c’est en langue malinké. C’est-à-dire au nord du pays. Je pense que sa présence s’impose.  
TV5 : A présent que l’Union africaine et quelques chefs d’Etat du continent, prônent une sortie de la Cour pénale internationale, c’est une bonne nouvelle pour vous ?  
Le procès de Laurent Gbagbo, c’est l’honneur perdu de la CPI. La CPI ne peut retrouver sa crédibilité qu’en libérant le président Laurent Gbagbo et le ministre Charles Blé Goudé. Le droit a été dit. C’est la politique qui doit faire le reste.
Jeudi 9 Mars 2017


Nouveau commentaire :

Vous êtes libre de commentez le contenu de ce site mais abstenez-vous de proférer des injures à 'encontre de qui que ce soit.
Merci de votre compréhension.
Abidanactu.com

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 31 Mars 2017 - 09:17 RFI Laurent Sadoux est décédé


Actu en Filet

Afrique du Sud : le ministre des Finances limogé

Afrique du Sud : le ministre des Finances limogé

RFI Laurent Sadoux est décédé

RFI Laurent Sadoux est décédé

Côte d’Ivoire : le prix du cacao enregistre sa plus forte baisse depuis 2012

Côte d’Ivoire : le prix du cacao enregistre sa plus forte baisse depuis 2012

Côte d’Ivoire: Simone Gbagbo toujours réclamée par la CPI malgré son acquittement

Côte d’Ivoire: Simone Gbagbo toujours réclamée par la CPI malgré son acquittement

Côte d’Ivoire : le parti de l’ex-ministre Toikeusse Mabri parle de son avenir au RHDP, samedi

Côte d’Ivoire : le parti de l’ex-ministre Toikeusse Mabri parle de son avenir au RHDP, samedi

Les travaux de l’autoroute Yamoussoukro-Tiébissou lancés

Les travaux de l’autoroute Yamoussoukro-Tiébissou lancés

AGROBUSINESS: Deux sociétés portent plainte contre l’Etat ivoirien

AGROBUSINESS: Deux sociétés portent plainte contre l’Etat ivoirien

Simone Gbagbo acquittée aux assises: Affi se félicite de la décision

Simone Gbagbo acquittée aux assises: Affi se félicite de la décision

Maurice Kacou Guikahué depuis Toumodi : "Si tu n’as pas d’amour, tu n’es pas Pdci"

Maurice Kacou Guikahué depuis Toumodi : "Si tu n’as pas d’amour, tu n’es pas Pdci"

Vos Idées

Qui profite, ou pas, de la chute vertigineuse des cours du cacao?

Qui profite, ou pas, de la chute vertigineuse des cours du cacao?

Venance Konan: la Côte d'Ivoire «traverse une zone de turbulences»

Venance Konan: la Côte d'Ivoire «traverse une zone de turbulences»

Existence d’une pensée juridique ivoirienne: Wodié et Oble ‘’s’affrontent’’

Existence d’une pensée juridique ivoirienne: Wodié et Oble ‘’s’affrontent’’

Côte d'Ivoire/ Forces armées: Division...Le pire arrive!

Côte d'Ivoire/ Forces armées: Division...Le pire arrive!

Gambie: Yahya Jammeh a déménagé le palais en quittant Banjul

Gambie: Yahya Jammeh a déménagé le palais en quittant Banjul

Situation sociopolitique: Anaky Kobena condamne la gestion de la crise par Ouattara

Situation sociopolitique: Anaky Kobena condamne la gestion de la crise par Ouattara

Mutinerie et grève généralisée dans l’administration: Odette Lorougnon exige la démission de Ouattara

Mutinerie et grève généralisée dans l’administration: Odette Lorougnon exige la démission de Ouattara

RECONDUCTION DE LA GREVE DES FONCTIONNAIRES – IMBROGLIO AUTOUR DE L’ACCORD AVEC LES MUTINS/ REACTION DE PATRICK SAHI LOUA, PRESIDENT de la SOCIETE CIVILE DIGNE DE COTE D’IVOIRE

RECONDUCTION DE LA GREVE DES FONCTIONNAIRES – IMBROGLIO AUTOUR DE L’ACCORD AVEC LES MUTINS/ REACTION DE PATRICK SAHI LOUA, PRESIDENT de la SOCIETE CIVILE DIGNE DE COTE D’IVOIRE

Le coup d’éclat militaire en Côte d’Ivoire est-il un coup de semonce ?

Le coup d’éclat militaire en Côte d’Ivoire est-il un coup de semonce ?